Les bains de Salmanoff et leur application

Le Docteur Alexander Salmanoff (1875-1964) fut le médecin personnel de Lénine et l’inventeur de la « capillothérapie » ou médecine des capillaires. Titulaire de trois diplômes  de médicine, directeur de cliniques en Europe, il développa et utilisa avec succès ses méthodes sur des milliers de personnes en Suisse, Allemagne, Italie et France. En 1952 le Ministère français de la santé a officiellement approuvé les bains de Salmanoff.

Les capillaires sont les très fins et très nombreux vaisseaux sanguins et lymphatiques qui irriguent chaque cellule de notre corps : leur réseau représente au total plus de 100 000 km chez un humain adulte.

Les capillaires apportent aux cellules oxygène et micro-nutriments, évacuent dioxyde de carbone et déchets métaboliques.

Le Dr Salmanoff considérait que la stagnation capillaire était à l’origine de toute maladie, par nécrose d’îlots de cellules non irriguées. Il existait pour lui un lien évident entre stase veineuse et infection, les îlots de cellules nécrosées créant des conditions favorables à l’invasion et à la prolifération des microbes.

Ses bains reposaient sur les principes suivants : « La chaleur apportée par les bains organise l’ouverture des innombrables capillaires cutanés fermés, libère l’organisme malade de la stase veineuse, détruit la flore microbienne, désagrège et élimine les foyers nécrotiques. »

Il mit au point des bains hyperthermiques (à 39°C – 40°C) additionnés d’huile de térébenthine extraite de l’oléorésine de Mélèze de Sibérie.

  1. Indications

Les indications des bains telles que décrites par le Dr Salmanoff sont nombreuses : maladies cardiovasculaires, articulaires, dermatologiques, respiratoires, infections chroniques.

Ils peuvent aussi être utilisés au long cours en accompagnement des traitements habituels (en cas de traitement lourd, demander un avis médical).

Salmanoff mit au point 3 sortes de bains :

– le bain jaune, réputé hypotensif, mélange d’essence de térébenthine, huile de ricin 50%, acide oléique 20%, soude caustique 13,4%, eau 15%

– le bain blanc, réputé hypertensif, composé de térébenthine 45%, savon, acide salicylique, alcool de camphre, extrait d’écorce de saule.

– le bain mixte, mélange à 50%-50% des 2 précédents, réputé sans action sur la tension artérielle.

  1. Propriétés

Les bains de Salmanoff combinent l’action de la chaleur et les propriétés de l’oléorésine de Mélèze de Sibérie (Larix sibirica).

La chaleur dynamise la circulation dans les capillaires, l’hyperthermie créé une « fièvre artificielle », qui ne nécessite pas de dépense d’énergie par l’organisme.

Deux bioflavonoïdes très puissants sont présents dans l’oléorésine de mélèze de Sibérie : la dihydroquercétine ou taxifoline et le dihydrokaempférol.

La taxifoline possède des propriétés antibactériennes et antivirales documentées. Elle a également une action dynamisante sur la micro circulation.

Les bains de Salmanoff sont réputés analgésiques.

La transpiration suite au bain permet l’élimination des déchets et toxines.

  1. Comment utiliser les bains de Salmanoff ?

Se munir d’un thermomètre de bain pour contrôler la température de l’eau.

Mettre 20 ml du produit pour bain de Salmanoff « mixte jaune + blanc », en proportion 50%-50% dans une grande bouteille pleine aux 2/3 d’eau très chaude à 60°C. Agiter fortement la bouteille remplie du mélange et la verser dans la baignoire remplie d’eau à 37°C.

Penser avant de rentrer dans le bain à se protéger les parties intimes avec de la vaseline. Attention ce point est important car la térébenthine peut brûler la peau des organes génitaux.

Rentrer dans le bain en s’immergeant le corps entier mais pas la tête. Les yeux ne doivent pas être en contact avec l’eau du bain.

Verser de l’eau très chaude dans la baignoire pour atteindre une T°C de 39 à 40°C.

Rester 20 minutes dans le bain.

Sortir sans se rincer, se couvrir d’un peignoir et se mettre sous la couette pour transpirer.

Il est important de bien s’hydrater en buvant de l’eau avant et après le bain.

Pour accompagner une réaction d’Herxheimer prendre un bain tous les deux jours.

Dans le contexte d’une infection froide il est également conseillé de prendre 3 bains par semaine pendant 6 mois à 2 ans. Puis, en entretien, un bain par semaine.

  1. Contre-indications

Les bains de Salmanoff sont déconseillés dans les cas suivants :

– femmes enceintes / allaitantes

– enfants de moins de 14 ans.

– AVC ou infarctus en phase aigüe et récupération initiale

– insuffisance cardiaque importante

– hypertension en crise paroxystique

– tachycardie en période de crise.

– maladie infectieuse en phase aigüe

– fièvre

– épilepsie

– psychose en phase aigüe

– cancer à un stade avancé

– cirrhose du foie

– intoxication alcoolique aigue

– asthme en période de crise

– ulcères trophiques

– plaie non cicatrisée

– allergie à l’un des constituants.

Les bains sont à utiliser avec de grandes précautions et sous surveillance médicale pour les personnes sous traitement médicaux intensifs.

  1. Précautions d’emploi

Il convient d’éviter le contact avec les yeux.

La térébenthine peut causer des brûlures au niveau des muqueuses.

Il est recommandé de se protéger les parties intimes avec une couche de vaseline.

En cas de brûlure, procéder à un rinçage avec une solution composée d’eau (1 verre) et de bicarbonate de soude (1 cuillère à café).

  1. Interactions médicamenteuses

Aucune interaction n’est documentée.

  1. Où se procurer les bains de Salmanoff ?

Ces bains sont importés de Russie, on les trouve en vente libre sur internet, par exemple auprès du distributeur VEDAMED/ VALEMIS.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Résoudre : *
14 − 9 =